Le métier de coach émotionnel

Il y a un an j’ouvrais ma pratique en Life Coaching. Pleine d’excitation et d’enthousiasme mais aussi, comme au début de chaque nouvelle grande aventure…

Pleine de questionnements, de doutes et de peurs.

Voici les choses que j’ai apprise depuis le début de mon activité en tant que coach émotionnel.

IMG_2682.jpg

Pour un retour sur mon histoire, lorsque j’avais 21 ans j’ai quitté mon poste en Marketing pour partir surfer et voyager le monde. C’est lors de cette aventure que j’ai appris à me connaître et que j’ai fait de grandes avancées, si on peut dire, sur le chemin de la vie. C’est cette expérience de vie qui a motivé mon désir d’être coach.

Dans mon métier de coach, j’aide ceux qui se sentent émotionnellement bloqué à vivre leurs rêves. Je commence en faisant remplir un “Manuel D’exploration” pour que je puisse m’imprégner de l’histoire et des émotions de la personne. Puis, je repère les zones de turbulences, celles qui me semblent fragiles ou rafistolées avec du duct tap, et ensemble avec la personne, nous explorons ces zones pour qu’elle puisse avancer plus sereinement dans la vie. Je donne beaucoup d’explications et de conseils sur la navigation vers les rêves, cependant c’est à la personne de voir si elle veut bien naviguer ou pas.

Si le Life Coaching est bien connu dans les pays anglo saxon, c’est un métier encore mystérieux en France. Mais comme j’ai l’habitude d’être toujours un peu décalée ça ne m’a pas fait plus peur que ça…

Il m’a fallut environs 5 mois après avoir obtenu mon diplôme de coach à l’Université de Integrative Nutrition pour commencer à créer mon site internet et finalement me lancer. Avec du recul, je vois à quel point j’avais beaucoup de résistances et de peurs. Cependant, l’idée de mettre en place ma pratique de coach était quelque chose qui m’animait depuis trop longtemps pour ne pas me jeter dans le feu.

Bien que j’ai obtenu un diplôme de coach et d’autres certifications dans le domaine du bien être, je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’avoir un diplôme pour se lancer (Je sais que cette déclaration va hérisser le poil de certains… ). De mon point de vue, si vos motivations sont bonnes, que vous vous sentez inspirer par ce métier et que vous avez confiance en vos compétences, alors je pense que vous pouvez faire un bon coach sans avoir fait d’études. Pensez aux coachs internationaux comme Tony Robins ou Mastin Kipp, eux qui n’ont jamais fait d’école...

Ce que je veux dire c’est: Ne vous limitez pas parce que vous n’avez pas fait d’études. Le coaching demande certes certaines “techniques” à connaitre mais il nécessite avant tout un travail intérieur qui se construit à “l’école de la vie” et qui n’est pas limité à une salle de classe. Vous vous formerez au fur et à mesure du développement de votre activité. Bien sur, cela ne remet pas en cause le fait qu’une certification a beaucoup de valeur et nous prépare au monde professionnel.

Après il faut savoir que chaque coach est différent. Moi par exemple, par mon hyper sensibilité et par mon parcours de vie, j’aide les gens à vivre leurs rêves. Certaines personnes, sont plus dans l’organisation et la rigueur. D’autres coach vont être dans la stratégie marketing, le développement digitale, l’amélioration des relations parents / enfants... Si vous avez envi d’ouvrir votre pratique de coach, il est donc primordiale de savoir dans quel domaine vous êtes “expert”.

Je pense que beaucoup d’entre nous sommes coach. Dans ma vision de l’humanité, sous sommes tous là pour aider quelqu’un et nous avons tous en nous un mélange unique de talents qui doit être mis au service d’un certain groupe d’individus.

Si vous avez envi de devenir coach, voici quelques questions pistes:

  • Pourquoi est ce que les autres m’appellent régulièrement?

  • Qu’est ce que je fais mieux que les autres?

  • Qu’est ce qui est facile pour moi?

  • Qu’est ce que les autres ont tendance à dire à mon sujet?

Après un an d’expérience je vous livre les choses importantes que j’ai appris sur l’accompagnement, pourvu qu’ils servent aux futurs coachs de ce monde mais aussi à toutes personnes qui aiment la relation humaine et qui aimeraient apprendre à aider un individu.

Le Coaching

IMG_2511.jpg

Même si mon ego adorerait ce doux langage, je ne suis pas plus extra-ordinaire que mes clientes.

Nous sommes toutes des personnes normales, avec des questionnements normaux, des doutes, et un sac à dos d’insécurité. Le problémo, c’est lorsque pour x raison, le sac à dos d’insécurité nous pèse tellement qu’il ne nous permet plus d’avancer. Dans ces cas là, un ou une coach peut être d’une grande utilité.

Une coach, c’est une bonne copine qui va croire en toi, qui va te donner la main et qui va te dire: “You can do it girl”! Une coach va célébrer tes moments de gloire, te donner de l’inspiration et du courage lorsque tu penses que “All is lost”, elle va questionner tes croyances et ne va pas hésiter à te dire si tu pars complet en fouise dans ta tête (ce qui, soyons honnête, nous arrive régulièrement…).

Dans chaque coaching, je m’assure d’être dans une écoute la plus totale, ouverte et en confiance. Je sais que ma cliente à toutes les informations en elle pour évoluer et s’épanouir. Attention, je ne promets pas “Richesse et Célébrité”, mais un accompagnement vers un épanouissement personnel. Je ne parle pas à ma cliente comme si elle avait 6 ans, je suis moi Anouk, avec toute mon humanité, ma sensibilité et mon (oh, si merveilleux) humour.

Je me dis aussi bien profondément dans mon ciboulo qu’il n’y a pas de “problème” chez ma cliente. Du coup, je ne cherche pas à analyser ce qui ne va pas chez elle pour lui faire une liste de ses défauts. Au contraire je place toute mon attention sur ce qu’il y a de bien en elle, afin de lui faire prendre conscience de la façon dont elle ternie sa propre lumière. Je lui montre ses blocages. Dans mon cabinet, j’accueille mes clientes à bras ouverts, je m’assure qu’elles se sentent appréciées et valorisées. On parle talents, ressources et rêves… Ce sont des moments riche en émotions, il y a des rires, des pleurs, parfois des riresetdespleurs en même temps. Bref, c’est magique et intense à la fois.

J’écoute sans jugement. C’est à dire… : Si ma cliente me dit qu’hier… “Elle a vu Jésus et les anges dans sa cuisine”… Ça veut dire que hier, ma cliente a “Vu Jésus et les anges dans sa cuisine”. Point.

Une écoute sans jugement demande un gros travail sur nous même car cela va forcement venir bousculer nos propres croyances et limitations. Moi j’aaaadore faire ce travail interpersonnel, car cela me permet aussi d’évoluer.

Et puis, qu’est ce que ça fait du bien de se sentir réellement comprise et entendue! Que quelqu’un nous voit tel que nous sommes et nous soutienne. Que ça soulage de ne plus avoir honte de nos ressentis et de nos questionnements!

Les qualités d’un coach sont: la curiosité, l’écoute et l’empathie.

Parfois je donne des conseils et je formule ça comme ça: “Tu sais, moi si j’étais toi…” … Et je vois avec ma cliente pour voir si elle est d’accord, si ça raisonne avec elle. Si c’est le cas, c’est génial ça veut dire que j’ai bien compris et si non, alors elle me donne d’autres informations pour que je puisse mieux la comprendre. Mon rôle est de questionner, d’inspirer avec des exemples, de comprendre les limitations et les peurs et de communiquer de manière efficace pour aider l’autre à avancer sereinement.

Il faut savoir que le métier de coach n’a rien de spécialement exotique. Ne vous faîtes pas duper par les réseaux sociaux ! Si je ne vois pas mes clientes, je passe la plus part de mes journées devant mon ordinateur ou sur mon téléphone. Il faut vraiment aimer ce métier.

Si vous vous sentez attiré par ce métier mais que vous aimeriez être aidé pour mettre votre business en place je peux vous aider, contactez moi en vous inscrivant pour un Clarity Call sur ma page Awaken.

Voici un article très sympa sur le métier de coach émotionnel.

Très très belle journée à vous

Anouk


Ce qu’elles disent…

“There was a time before Anouk and a time after Anouk, I am so grateful.”

- Alex 27 ans, Zimbabwe


“This was the best thing that could happen to me!! She helped me shift my perspective on life! It's a beautiful gift to have a coach by your side.”

- Eline 28 ans, Netherland


“Toute seule, j’avais du mal à faire la différence entre l’intuition et la peur, avec Anouk j’ai pu mieux me comprendre et avancer dans la direction qui participe à mon épanouissement émotionnel”

- Christelle 29 ans, Lausanne


“Je sentais que quelques chose n’allait pas mais je ne savais pas trop quoi et j’avais besoin de quelqu’un qui pouvait comprendre mes peurs, ça m’a vraiment permis d’avancer sereinement. Merci”

- Marianne 30 ans, Chamonix

“La SoulSession, pause hors du quotidien, est un moment privilégié où la douceur et la clairvoyance d’Anouk ont permis de me conforter dans mon projet de coaching en le laissant émerger pleinement”.

- Agathe 38 ans, Royen

Book review

The subtle Art of not giving a fuck -

Mark Manson. (L’Art subtile de s’en foutre)

J’ai beaucoup aimé la façon dont Mark Manson approche le développement personnel. Il ne prône pas le “think positive and be positive all the time” mais nous reconcilie avec notre humanité en nous rappelant que c’est ok et normal de souffrir, qu’il faut arrêter de se voiler la face et au contraire de faire face à la vie et ses situations. J’apprécie beaucoup le fait que Mark parle à une audience plus masculine puisque pas mal de mes copains ont lu le livre. Mark écrit comme il parle ce qui rend la lecture facile et agréable.

Screen Shot 2019-01-29 at 14.29.08.png
Screen Shot 2019-01-29 at 14.28.07.png

You are a badass, How to Stop Doubting Your Greatness and Start Living an Awesome Life -

Jen Sincero


Jen Sincero, m’a fait tellement rire que j’ai animé tout le tram de mes esclaffes. J’ai a-d-o-r-é son humour et j’aime beaucoup le personnage. Le livre regorge d’histoires personnelles croustillantes et le commun des mortels arrivera très bien à s’identifier à son parcours. J’ai beaucoup aimé que Jen soit plus âgé: Sa prise de conscience s’est faite à plus de 40 ans et du coup son livre motive forcement une audience un peu plus mature.



The 5 Love Languages - Gary Chapman

On me conseil ce livre depuis des années mais le titre me rebutait et pourtant j’ai été très agréablement surprise par son contenu. Gary Chapman fait de la thérapie de couples depuis de nombreuses années et au cours de sa pratique, il s’est aperçu que, pour qu’un couple fonctionne et s’épanouisse, il faut que chaque partie se sente aimée par l’autre. Cependant pour arriver à remplir d’amour la coupe émotionnelle de son conjoint, faut-il encore savoir parler son langage. Gary explique qu’il existerait 5 “Langages de l’Amour”. C’est à dire comment est ce que vous vous sentez aimé et comment est ce que vous montrez que vous aimez quelqu’un. Est-ce par le contact physique? Par les mots d’encouragement? En faisant des attentions particulières? En offrant des cadeaux? Bref, apprendre à parler le langage de votre bien aimé améliorerait les relations amoureuses. Le livre est fascinant et vous pouvez faire le test en ligne pour connaître votre langage.

Screen Shot 2019-01-29 at 14.34.38.png

Améliorer vos relations parent/enfant.

- Interview Inspirante 2 -

21199454_10154626243831090_8572494933458198045_o.jpg

Mahé Corolleur

Skiieuse, grimpeuse, surfeuse.

Future mama bear

Professeur Montessori et coach parentale


Mahé, c’était la jeune fille qu’on appelait pour faire du baby sitting. Elle est douce, patiente, compréhensive, méga créative et ses cheveux sentent bon. Lorsque Mahé me parle de ce qu’elle fait avec les enfants de sa classe, j’ai envie de retourner à l’école.

Comme la fois ou elle a dessiné sur des t-shirts les organes du corps pour apprendre aux petits l’anatomie.

Ou là fois où elle a envoyé un doudou nommé Maxsaf (Certains enfants voulaient l’appeler Max et d’autres Girafe, il fallait couper la poire en deux…) au Pole Nord avec le copain de Mahé qui est explorateur, pour enseigner aux enfants la géographie.

Ou lorsqu’elle apprend aux enfants à méditer ou respirer pour qu’ils comprennent comment mieux gérer leurs émotions…

Bref, Mahé c’est THE teacher you want for your kid. Elle est professeur à l’école Montessori à Chamonix et se forme en parallèle pour être coach parental. Dédiée à aider aux bien être familiale, Mahé à répondu à mes questions.

Bonne lecture à tous !

xxx

Anouk


Anouk: Brièvement, qui es tu et qu'est ce que tu fais?

Mahé: Je suis ta soeur (ahaha)

(Anouk: C’est vrai que c’est plutôt la classe comme statut.)

Mahé: Je suis éducatrice Montessori dans une classe avec des enfants de 2 1/2 ans à 6ans. Si vous voulez je suis maitresse pour des enfants de la petite section à la grande section de maternelle. Et j'adoooore mon boulot. Chaque jour amène son lot de surprises, d'émerveillements et de rigolades. Ma classe est pareille à un petit laboratoire où je suis le témoin privilégié de grandes découvertes, d'interactions sociales passionnantes et de réactions émotionnelles sans filtres.


Anouk: Qu'est que c'est Montessori au juste?

Mahé: Montessori c'est avant tout Maria Montessori. Une femme passionnée et qui a dévoué sa vie à l'etude d'une nouvelle pédagogie qui suit les lois naturelles de l'enfant. Sa pédagogie repose sur l'idée que l'enfant a déjà en lui les forces nécessaires à son développement et a son intégration complète dans le monde. En lui permettant de développer sa motricité, sa pensée logique et son ordre intérieur, nous lui offrons le monde. 

Pour mieux comprendre, imaginons que vous faites aujourd'hui votre premier jour à l'école. Tout dans la classe est à votre taille, à votre portée. Vous n'avez pas besoin de l'adulte pour vous servir de l'eau (le lavabo est à hauteur d'enfant) ni pour grimper sur une chaise, elles sont toutes à votre hauteur.

Aujourd'hui je vais vous présenter trois activités différentes, chacune rangées sur un plateau, sur une étagère basse. 

A votre retour le lendemain, vous connaîtrez trois choses à faire dans cette classe, vous aurez donc le choix entre ces trois activité, a vous le libre choix, l'autonomie et l'indépendance ! Chaque jour j'ouvre votre champ des possibles en vous proposant des activités adaptées a votre age, votre intérêt et vos sensibilités. 



Anouk: Que réponds tu aux gens qui disent que Montessori c'est un peu laxiste, ou c'est un truc de hippie, ou ce n'est pas une "Vraie éducation"?

Mahé: Je les inviterais à venir observer ma classe pour qu'ils puissent véritablement se faire une opinion avec toutes les variables. 

Les enfants ne font pas ce qu'ils veulent dans la classe, ils choisissent des activités qui leurs ont été présentées au préalable et rangent derriere eux. Ils ont la liberté de mouvement mais doivent respecter certaines règles (on marche dans la classe, on ne derange pas un enfant qui travaille, on parle avec une petite voix). Et croyez moi, si nous rappelons régulièrement les règles, elles sont très bien respectées par les enfants car elles agissent pour le bien commun.

N'hésitez pas a aller observer des classes, ou à regarder le documentaire "le maître est l'enfant", vous serez séduits :)

Nous sommes en Décembre et il y a une semaine, L et S ont appris à écrire, elles ont 4 ans 1/2 (Moyenne section), on a fait une division avec S qui a 5 ans 1/2 ce matin et on apprend (tous, moi y compris) chaque jour un peu plus à prendre soin de nos émotions. 

Cette pédagogie est extrêmement ordonné car plus l'environnement extérieur est ordonne, plus l'enfant pourra s'ordonner en lui, organiser sa pensée, sa logique et ainsi entrer facilement dans l'ordre établi du langage, des mathématiques, de la musique....

C'est loin d'être un truc de Hippie, c'est extrêmement organisé ce qui permet aux enfants de passer du concret à l'abstrait de la manière la plus facilitante et amusante qui soit.

 

Anouk: C'est cher Montessori? C'est réservé à une élite? Et si j'ai vraiment envie que mes enfants aient accès à ce genre d'éducation, y'a-t-il des aides financières possible?

Mahé: L'ennui c'est que pour pouvoir vraiment offrir cette pédagogie dans sa globalité il faut des écoles privées, hors contrat. Ce qui signifie sans aucune aide de l'état. Ce sont donc les parents qui, en payant les frais de scolarité, financent la location, les salaires et les frais de gestion de l'école. Il existe certaines écoles privées, sous contrat (et donc moins chères) mais qui sont donc soumises à plusieurs restrictions (noter les élèves, suivre le programme de l'education nationale, avoir des instituteurs formés par l'éducation nationale et pas forcement Montessori...).

Le mieux quand on choisit une école pour ses enfants, que ce soit Montessori ou non, c'est d'aller la visiter et de rencontrer les enseignants. Laisser votre intuition vous guider :)


Anouk: Est ce que tu sais comment se passe la re-intégration au système d'éducation traditionnelle après qu'un enfant ait passé quelques années dans le système Montessori?

Mahé: Aucun des enfants que j'ai eu dans ma classe n'a encore réintégré le système classique donc je ne peux pas vraiment témoigner. Ce que je sais c'est qu'il est important que l'enfant vive un cycle complet, soit trois ans dans l'école qu'il a choisi (de 3 à 6 ans, de 6 à 9, de 9 à 12). Car certains enfants vont entrer plus vite dans la lecture, d'autres développer d'abord leur motricité... bref il leur faut trois ans pour aller à leur rythme et allez au maximum de leur potentialité. 

Puisque nous apprenons à écrire, lire, compter (additionner, multiplier, soustraire, diviser) en grande section, il faut être vigilant que les enfants ne s'ennuient pas au CP, c'est la seule inquiétude que j'aurais :)


Anouk: Tu connais l'éducation Steiner? C'est quoi la différence avec Montessori?

Mahé: Ce sont deux pédagogies vraiment différentes. Steiner est beaucoup plus orientée vers l'imagination, le mouvement, le rythme. Montessori est plus dans le réel, le concret et l'ordre. 



Anouk: Tu es en train de te former pour devenir coach parental et aider à l'amélioration des relations parents/enfants. Qu'est ce qui a motivé ta démarche?

Mahé: Accompagner les enfants ne peut pas se faire sans accompagner les parents. Lorsque l'on devient parent, nos enfants font comme un  miroir devant nous, nous rappelant nos émotions enfouies. Aider les adultes à devenir des êtres épanouis c'est aider les enfant à traverser la vie avec des parents apaisés et sereins.


Screen Shot 2018-12-18 at 12.20.12.png

Anouk: Peux tu donner 3 conseils pour les mamans qui ont envi d'aider leurs enfants à mieux communiquer?

Mahé:

J'en ai deux:

- LE PARENT PARFAIT N'EXISTE PAS. Et oui, vous allez faire des bêtises monumentales avec vos enfants. Mais si vous vous en rendez compte, souvenez vous du pouvoir de la formule: "Excuse moi". Imaginez qu'aujourd'hui votre mère ou votre père vienne vous voir pour vous dire: "Tu sais, je suis désolé pour la fois ou je t'ai dit/fait ça". Même dix ans après, "je suis désolé" a un impact magistral.

- ÉCOUTEZ LES. Personne ne pleure par plaisir ou ne crie s'il n'a rien à dire. Il se cache là dessous des messages précieux qui vous aideront à entrer en lien avec eux d'une manière magique.



Anouk: A partir de quand est ce que tu penses que c'est une bonne chose d'aller voir un coach parental?

Mahé: Lorsque l'on se dit qu'on a tout essayé, que l'on en a marre de recevoir des conseils de nos copines sur la manière dont on devrait faire avec nos enfants, lorsque l'on se sent dépassé, lorsque l'on sent qu'on a besoin d'un coup de main pour mieux être en lien avec ces petits êtres que l'on aime tant et qu'il est parfois si difficile de comprendre.


18699489_10154368247466090_1484857337118771869_o.jpg

J’aimerai savoir:

Qu’elles sont vos problématiques avec vos enfants? Que trouvez vous difficile en tant que parents? Avez vous déjà pensez mettre vos ou votre petit dans une école Montessori?


Belles fêtes à tous

Pour les mamans



Vous êtes mère et parfois



votre rôle vous dépasse?



Cet article est pour vous.


Toujours dans ma quête pour vous aider à améliorer vos relations familiales pendant les fêtes, je me suis dit que j’allais interviewer une femme d’exception… Elle a élevé 2 superwomen, elle est toujours avec le père de ses enfants, elle a une carrière prestigieuse, elle est surprenante, elle est belle et intelligente, drôle…

Ladies and gentlemen… The Great and Only…. Mrss…..

Corinne Corolleur.

(Wooooooo ! Ovation du publique)

Il y a en effet pas mal de mamans qui me suivent et qui me demandent assez régulièrement:

“Anouk, qui est ta mère?”

Alors voilà, une interview spéciale de Queen Corolleur qui partage plein de noisettes de sagesse (traduit directement de l’anglais: Nuggets of wisdom) notamment sur l’importance de l’Autorité, la gestion des émotions des enfants et comment développer une relation de couple épanouie.

Bonne lecture à tous et si vous pensez que cette interview peut aider vos proches, merci de la partager !


Corinne Corolleur

Surfeuse et femme de surfeur

Boss Mama

Aventurière

Full time ostéopathe depuis 40 ans à Chamonix Mt Blanc

31068917_10156285483428540_2389890064587948032_n.jpg

Anouk: Quel âge avais tu quand tu as eu ta première fille, puis moi Anouk ta deuxième? Qu’est ce que tu t’es dis quand tu as commencé à être maman?

Corinne: Mahé est née quand j’avais 28 ans et toi, Anouk , quand j’avais 31 ans. Honnêtement Je crois que je ne me suis rien dit… Ca ma juste comblée. J’espérais juste que vous seriez heureuse.

Anouk: Pour toi, qu’est ce qu’une famille “idéale” ?

Corinne: Pour moi c’est lorsque chacun trouve du plaisir à être ensemble et à partager. Que le tout nourrisse chacun et que chacun nourrisse le tout. Après il n’y a pas de règle au niveau de la forme tout est possible tant qu’il y a de l’amour.

Anouk: Que penses tu de l’autorité? Est ce que tu penses que c’est important de mettre un cadre avec des règles pour l’éducation des enfants?

Corinne: Les parents sont là pour aider l’Être à grandir.




L’enfant a besoin de sécurité pour s’épanouir.




La sécurité est donnée par un cadre. Le cadre est




défini par les règles décidées par les adultes.




D’où l’importance de parler entre adultes.

Les règles doivent être claires, facilement applicables et stables.

L’autorité est là pour faire respecter les règles.




L’autorité n’est pas synonyme de sévérité.

L’autorité est douce, aimante, protectrice… On ne négocie pas avec l’autorité. Et cela s’apprend dés la naissance.

Pas de «S’il te plaît » pas de «Tu es d’accord ?» etc…

Lorsque c’est l’heure d’aller se coucher: C’est l’heure d’aller se coucher. (Point).

Par contre ce qui peut être négocié ce sont les règles. Mais pour ça il faut une certaine maturité car une négociation se passe entre l’enfant et l’adulte ou même parfois entre les adultes.

Par contre une règle peut être, en pleine conscience des adultes et des enfants, exceptionnellement non respectée. Mais on retrouve dans ce cas les mots « exceptionnel et conscience » et il y a donc un retour à la règle dés que le moment est passé.

Plus l’enfant grandit plus je trouve intéressant de faire participer l’enfant a l’établissement des règles à hauteur de sa maturité et je pense que cela devient très important à l’adolescence. Mais une fois que la règle est établie elle doit être appliquée et c’est là que l’autorité est déterminante.

31542954_10156306404328540_163507102856249344_n.jpg

Anouk: Qu’est ce qui a été le plus difficile pour toi en temps que maman?

Corinne: De rester en confiance.

Avoir confiance en mes enfants : leurs choix, leurs relations, leurs décisions…

Rester dans l’accompagnement, les suivre sur leur route même si elles me bousculent plutôt que les diriger et leur ouvrir les routes qui me rassurent moi, mais qui ne correspondent pas forcément à leur chemin. Il faut accepter le « temps ». Le chemin passe vite mais parfois des étapes sont longues à traverser.

Anouk: Avec du recul, quels sont tes 3 plus grands conseils que tu pourrais donner aux mamans? Qu’est ce qui est réelement important?

Corinne: La sécurité, l’empathie et la confiance.

La sécurité: C’est à dire la mise en place du cadre et le respect de celui ci. Et surtout que nous les adultes respections les règles! Si je dis: “Je viens te chercher a telle heure”… Je me dois d’être a l’heure! Si on dit ou promet quelque chose cette chose doit avoir lieu et inversement

L’empathie: L’empathie c’est l’écoute. Juste écouter ce que l’enfant a à dire… Être là… Pour moi c’est primordial! L’empathie c’est la présence... la vraie présence... Même si on pense qu’il ne se passe rien, ce n’est jamais pour rien : l’enfant ou l’adolescent sait, sent qu’on est là. Cela nécessite de donner son temps, beaucoup de son temps.

L’enfant est une petite personne. Il a des émotions liées aux évènements qu’il vit. Quand un enfant est en colère ou triste ou a peur l’adulte doit l’entendre mais ne pas l’étouffer ni essayer de la modifier.

Accepter ne veut pas dire subir.

Par exemple un enfant a le droit d’être en colère mais toute la famille n’a pas a subir cette colère. Chez nous la règle était : “Ok je vois que tu es en colère alors tu vas dans ta chambre, tu cries, tu hurles, tu tapes ton oreiller si tu veux… Et quand c’est terminé tu vas crier une dernière fois au dessus des toilettes puis tu tires la chasse d’eau pour qu’elle s’en aille.. et alors tu peux nous rejoindre! Et souvent cela se terminait par un gros câlin.

La peur on la souffle dans ses mains puis quand on a tout soufflé, qu’il ne reste rien à l’intérieur on ouvre ses mains pour qu’elle s’envole comme un ballon

Et enfin, la confiance: Accepter qu’il faut du temps pour grandir, car grandir prend du temps, probablement toute la vie. Avoir confiance en l’enfant et le laisser grandir à son propre tempo.




Anouk: Tu es toujours avec Dad et votre relation après plus de 30 ans de vie commune est toujours aussi fun et light. Qu’est ce que tu dirais est important pour qu’une relation marche bien ? Quel conseils donnerais-tu pour une vie de couple épanouie?

Corinne: Le premier conseil c’est le respect de l’autre et c’est en fait aussi le plus difficile…

Chaque Être doit s’épanouir individuellement dans un couple.

Régulièrement je me dis que je n’aimerais pas arriver sur mon lit de mort et me dire que mon conjoint m’a empêché de faire ce que je voulais. Mais aussi je ne veux pas réaliser que j’ai empêché mon conjoint de faire ce que lui voulait.

Le second conseil c ‘est la reconnaissance de ce que fait l’autre pour nous et se le dire!

Je vous donne une anecdote: Un jour mon mari me demande de vérifier le niveau d’huile de ma voiture avant de partir pour un long trajet.

Je lui réponds :

- “Sais tu comment ton slip sale tombé parterre dans la chambre arrive propre et plié dans le tiroir ???”

Il me dit “Non...”

Sur quoi je réplique:

-“Et bien moi je ne sais pas comment le niveau d’huile reste correct dans la voiture et cela ne m‘intéresse pas mais je te remercie sincèrement de t’occuper de cette tâche là.”

(Depuis il m’a quand même montré mais c’est vraiment au cas où...)

Le troisième conseil c’est prendre du temps et organiser des moments de partage, de rire, de joie ensemble en couple et en famille.

Souvent il faut provoquer ces moments car le quotidien n’est pas toujours ce qu’il y a de plus drôle. Il faut être vigilant et se donner les moyens en temps plus que en argent. Il faut nourrir les bons moments et résoudre les mauvais au plus vite


Anouk: Tu arrives à un âge ou tes enfants sont partis. Est ce que cela a été difficile de voir tes enfants partir de la maison? As tu trouvé difficile de re-créer des rêves, des projets etc…Parles nous plus de cette période de ta vie.

Corinne: Lorsque mes filles ont quitté la maison physiquement cela n’a pas été très difficile. D’abord parce qu’elles n’étaient pas autonomes et que mon rôle de mère était toujours d’actualité. Aujourd’hui, mes filles rentrent dans une autonomie de vie. Elles nvestissent dans leurs vie de couple voir de famille. Mon rôle de mère s’estompe. Elles sont tournées vers leurs propres histoires et j’ai l’impression petit à petit de faire partie de leur passé.

C’est là que je commence à comprendre la notion « du nid vide ».

Tout le temps est pour moi et mon mari. C’est nouveau, déroutant parce que maintenant la première personne à qui je pense…

C’est moi.

Alors qu’avant dans mon organisation mes enfants et mon mari avait toujours la priorité.

Mais c’est bien…. Je mets en pratique des choses que je reportais toujours à plus tard. Dans mon quotidien je n’ai plus besoin de véhiculer personne alors je peux tout faire à pied ou en vélo ce qui change ma qualité de vie. J’ai le temps de visiter mes amies, je fais du chant et même de la comédie musicale, de la poterie. Et je cours après mon rêve le plus fou … Faire un hangten (une figure de surf ou les 10 orteils sont accrochés à l’avant de la planche). Je voyage au gré des vagues et ce sont de grands moments de partage avec mon mari.

Et puis les échanges en famille ont changées.. Quand on se retrouve c’est pour partager : Un repas, des histoires, un cinéma, et il y a beaucoup de rires.

12191291_10153195007196630_1158507449622271455_o.jpg
197808_10151590416118540_1315573303_n.jpg

Anouk: Toi et Dad vous êtes encore en super forme physique. Qu’est ce que tu fais comme activité pour te maintenir en forme?

Corinne: Pour moi la règle pour rester en forme c’est de se faire plaisir.J’aime marcher, skier, surfer et je me déplace dans mon quotidien au maximum à pied ou en vélo. J’aime être dehors en lien avec la nature.

Globalement je mange très simplement et varié mais le plus bio possible. Je ne passe pas trop de temps à cuisiner car au quotidien je n’y prends pas beaucoup de plaisir. Peu de sucre et je fais attention au gluten car en vieillissant je le digère moins bien. Je bois beaucoup d’eau et J’ai beaucoup de plaisir à boire un verre de vin rouge avec des gens que j’aime (Note de Anouk: UN? Plutôt 2 verres de vin Maman…).

Anouk: Autre chose?

Corinne: J’ai beaucoup de chance dans ma vie mais j’ai aussi très vite imaginé que le temps ne passe pas mais que nous le traversons.

10363872_10153021416478540_6467090506896324843_n.jpg